Le Club Avec Plusieurs Noms

De Dakar, je me souviens le moments beau comme brûlant ma langue apres boire mon attayah trop vite et se rencontrer des inconnus qui m'ont cuisiné du poisson sur la plage. C’etait la bas que j’ai appris la valeur des temps et communaute. J’etudie pour 4 mois et travail avec L’Entente Feminine, une association rotative d'épargne et de crédit (ROSCA). Ce processus a plusiers noms comme esusu, ajo, dashi, hui, ayuuto, tanda, chit funds, et clubs de savings. PushBlack Finance agit le processus bien dans cette publication:



Depuis des siècles, les individus ont créé les cercles de prêt pour des familles et amiess'aident sauvgarder plus d'argent.Comment faitez-vous? Les personnes dans le club payent des contributions. Dans une rotation, chaque personne reçoit totalement les contribution des club. La ROSCA, je travaille avec dans Dakar est unique parce qu’elle est constitué 200 des femmes avec une entreprise. Caque semaine, elles se racontent à la maison de Madame President Sagar Tall. Les femmes vients en groupes de mets leurs argents dans une calabas. Le comptable cocher le nom de chacun un par un. Quand j’etais la, j’ai entendu leur l’hisoire. Une femme, Awa Fall ajoute le club avec seulement un peu des pièces d'inventaire. Elle a vient à Marché Sandaga et Marché HLM. Ensuite, elle a utilisé son gains de replacer son inventaire. Apres elle est devenu une membre, ella utilise l'avancement de trésorerie de voyager. Elle a achete les vetements dans les pays comme Tunsie, Gambie, et Dubai. Son inventaire exclusive a augumente son enterprise. Aujourd'hui, elle a son propre magasin dans son quartier. Liberté 5.


Pourtant, la croissance d'Awa est limitée car elle est piégée dans le “marché informel».Ce secteur représente 50% de l'emploi au Sénégal. Donc «informel» est un terme intéressant. Les entrepreneurs travaillant sur le marché informel n'ont généralement pas de forme d'identification formelle, de localisation exacte de leur entreprise ou de compte bancaire. Plus de la moitié des adultes sur cette planète n'ont pas de compte bancaire. Cela signifie que si l'une de ces personnes souhaite devenir entrepreneur, elle se heurtera à des obstacles pour accéder au crédit. Mon expérience avec L’Entente Feminine et la découverte de ces vérités m’ont amené à rédiger ma thèse de doctorat sur «L’impact des institutions de microfinance et des services bancaires mobiles sur l’entrepreneuriat en Afrique de l’Ouest» (retrouvez-le en français ici). Mon cadre théorique visait à prouver que les solutions de microfinance comme les clubs d'épargne renforcent l'esprit d'entreprise dans ces communautés.


Cela se traduit par la perspective des Noirs américains. Comme nous le savons de mon dernier blog, une augmentation de l'entrepreneuriat noir mènera à l'autonomisation économique dans nos communautés. De plus, je dirais qu'il y a beaucoup de similitudes avec des entrepreneurs comme Awa Fall et des entreprises démarrées aux États-Unis. L'Organisation internationale du Travail décrit le «marché informel» comme la facilité d'accès, la dépendance à l'égard des ressources indigènes, la propriété familiale, l'exploitation à petite échelle et un marché non réglementé et concurrentiel. Telle est la nature de nos entreprises et notre succès est limité en raison du sous-bancarisme et du manque de ressources en littératie financière de nos collectivités. C’est un message que le président de L’Entente féminine m'a envoyé la semaine dernière:


.Au début, nous etions environ 50 et aujourd'hui Nous sommes environ 300 membres [...] Nous avons besoin de renforcement en financement mais également en formation en éducation financière et renforcement de capacité de travail.

En raison de cette inégalité entourant les ressources éducatives, les communautés noires manquent de richesse générationnelle. Cela limite les opportunités qu'une famille et des amis pourraient apporter aux fondateurs noirs. Au lieu de cela, dans nos communautés, un jeune entrepreneur pourrait être confronté à la «taxe noire». Sheena Allen, explique comment un enfant noir qui arrive au collège ne peut jamais épargner ni investir car il doit subvenir aux besoins financiers des membres de sa famille. La banque mobile Sheena, Capway, élimine certains de ces obstacles en éliminant les frais cachés et en augmentant l'accès à l'argent grâce à la technologie. Nous avons besoin de solutions comme celle-ci. Les fondateurs Get Funds visent à combler ces lacunes en créant de nouvelles opportunités d'apprendre, d'économiser et de se connecter. Notre premier club d'épargne a été lancé cette semaine pour aider 5 fondateurs de beauté à développer leur entreprise. Pour les mises à jour sur les candidatures pour notre prochain club, abonnez-vous à notre liste de diffusion ici!


7 views